Constructeurs amateurs

Bien des gens sont surpris d’apprendre que de nos jours il est possible pour un particulier de construire son propre avion et voler à son bord. Effectivement, en France, on peut encore comme dit l’expression consacrée,  ‘’construire pour voler’’.

Dans le monde très normalisé et réglementé où nous vivons ce privilège semble quelque peu anachronique. Il faut sans doute y voir les vestiges des débuts de  l’aviation où tout un chacun pouvait selon ses connaissances, sa curiosité, ses moyens, procéder à des expérimentations aéronautiques. Aujourd’hui cette activité est bien encadrée et réglementée mais demeure possible pour les Constructeurs Amateurs. Isolés ou en groupe ces passionnés d’aviation entretiennent la tradition en construisant d’après des plans, à partir de kits, en restaurant des appareils anciens voire en en concevant de nouveaux.

Les matériaux et technologies engagés sont multiples et parfois s’entremêlent sur un même avion. Le ‘’bois et toile’’ est la formule la  plus ancienne mais demeure encore très présente : une armature en bois (pin, spruce, hêtre) est réalisée par collage et ensuite revêtue de toile tendue. Toute la série bien connue des JODEL a exploité avec succès et longévité cette technologie pendant de très nombreuses années.


Le ‘’tube et toile’’ a remplacé l’armature de bois par un treillis de tubes métalliques. L’acier ou l’alliage d’aluminium sont les métaux les plus couramment utilisés et l’assemblage est réalisé ici par soudure ou rivetage. A ce jour l’aéroclub ne compte qu’un seul appareil de cette catégorie : le PIPER J3.

Le ‘’tout métal’’ existe également et fait appel majoritairement à des alliages d’aluminium. Dans le domaine amateur il existe aussi de nombreuses machines utilisant cette technologie : MC100, P80, RV’s.. etc.

Le ‘’composite’’ est le matériaux le plus récent.  Tissus de verre , carbone , kevlar … sont imprégnés de résine (principalement) époxy et mis en forme pour fournir la pièce souhaitée. Le résultat peut donner des avions aux formes très travaillées avec une aérodynamique optimisée : le LONGEZE en est une illustration.

On pourrait envisager une dernière catégorie ‘’toutes technologies’’ ou se trouveraient mélangées celles qui viennent d’être citées. En effet il semble bien naturel d’exploiter au mieux les performances de chacun des matériaux disponibles selon les éléments de l’avion à construire.

Si la construction d’un avion vraie grandeur est autorisée, il faut néanmoins réunir quelques dispositions avant de se lancer dans l’aventure. Les connaissances et compétences pouvant s’acquérir disons qu’il faut surtout de la persévérance pour aller jusqu’au bout du projet. En effet la réalisation d’un biplace à partir de plans achetés auprès d’un concepteur demande plusieurs milliers d’heures de travail. Mais le constructeur amateur est un passionné qui sait apprécier le plaisir de construire ... Celui-ci est parfois partagé quand le projet demande des bras. C’est le cas de certaines phases de la construction comme ‘’la mise en croix ‘’ ou dans

un chantier plus imposant comme ce fut le cas lors de la fabrication d’un MOSQUITO à l’échelle 3/4   par une équipe de Fontenay le Comte.

Une association nationale regroupe en son sein les constructeurs et s’efforce de faire le lien entre eux. Il s’agit du   RSA, Réseau du sport de l’Air 46, rue Sauffroy 75 017 Paris. Cet organisme publie régulièrement des Cahiers et dispose d’un site :  www.rsafrance.com  où de nombreuses informations techniques et d’actualité sont proposées.

De même, l’Aéroclub de Brest Finistère possède depuis plus 25 ans une section Constructeur Amateur. Aujourd’hui il comporte pas moins de 8 appareils différents opérationnels, sans parler de ceux qui sont en cours de fabrication. Ainsi vous trouverez dans les pages qui suivent la présentation des Chouchenn, Cricri, Dragon Fly, Gazaile 1 & 2, Kurun, Long Eze et Ménestrel.

 

·   

Comments